Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 11:56

Le SS Cymric est un paquebot britannique mis en service en 1898 par la White Star Line. Affecté à un service transatlantique, il est réquisitionné pendant la Seconde Guerre des Boers et y sert de transport de troupes. Durant la Première Guerre mondiale en revanche, il reste en service civil. Il est cependant torpillé en mai 1916 et son naufrage fait cinq victimes.

 

Le Cymric est construit par les chantiers navals Harland and Wolff, à Belfast, et lancé le 12 octobre 1897. Destiné à l'origine à transporter, tout comme le Georgic de 1895, des passagers et du bétail, il voit ses aménagements modifiés en cours de construction. Ce type de transport mixte est en effet de plus en plus impopulaire auprès des passagers, et l'espace libéré est utilisé pour loger plus de passagers d'entrepont1.

Livré à sa compagnie le 5 février 1898 après quatre mois de travaux en cale sèche, le paquebot quitte Liverpool pour son voyage inaugural vers New York le 11 février. Pourvu de deux hélices, d'une cheminée et de 4 mâts, ses machines lui permettent d'atteindre une vitesse moyenne de 14 nœuds. Il peut accueillir 150 passagers de première classe et 1 160 de troisième. Ainsi, sa vitesse réduite est rapidement compensée par sa rentabilité (du fait de sa forte capacité).

 

Servant tout d'abord entre Liverpool et New York, le Cyric connaît un usage militaire durant la Seconde Guerre des Boers, pendant laquelle il effectue en 1900 deux traversées en tant que transport de troupes entre Liverpool et Le Cap. Il retourne ensuite à la vie civile. Sa routine est troublée par un incident peu commun le 23 novembre 1901 après le petit déjeuner : Thomas Halliday, un passager, brandit un couteau et menace de tuer tout le monde avant d'attaquer sa femme et de se trancher la gorge. Sa femme gravement blessée et son cadavre sont débarqués durant l'escale de Queenstown.

Le 10 décembre 1903, le Cymric est déplacé sur une nouvelle route, entre Liverpool et Boston, à titre d'expérience.

En 1908, de juin à septembre, il a pour officier Henry Tingle Wilde, qui est quatre ans plus tard le commandant en second du Titanic. En 1913, il subit une refonte suite à laquelle il ne transporte que des passagers de deuxième et troisième classe.

 

La Première Guerre mondiale ne touche tout d'abord pas le Cymric. Il poursuit son service commercial, mais est cependant réaffecté à la ligne Liverpool - New York pour remplacer les navires mobilisés. Cependant, le 8 mai 1916, alors qu'il effectue une traversée sans passagers en direction de Liverpool, il est touché à trois reprises par les torpilles du sous-marin allemand U-20, sous-marin qui a également torpillé le Lusitania un an plus tôt. Le Cymric coule en 28 heures, en faisant cinq victimes, à 140 miles au nord-ouest de Fastnet.

 

                                       http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5c/RMS_Cymric.jpg

Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 11:51

Le SS Britannic est un paquebot transatlantique britannique mis en service en 1874 pour la White Star Line. C'est le premier navire de cette compagnie à porter ce nom, les deux suivants ayant été mis en service en 1914 et 1930. Initialement, il devait porter le nom de Hellenic. Il a pour sister-ship le Germanic.

 

Sa construction se fait dans les chantiers navals Harland & Wolff de Belfast. Il est lancé le 3 février 1874 et effectue sa traversée inaugurale le 25 juin de la même année. Le Britannic est un navire à vapeur équipé de mâts. Il sert surtout pour le transport d'émigrants vers New York depuis Liverpool et Queenstown, étape essentielle pour les émigrants irlandais.

 

Le 19 mai 1887, vers 17 heures 25, il entre en collision avec un autre navire de la White Star Line, le Celtic. Les deux navires entrent en collision à angle droit et le Celtic rebondit plusieurs fois, perçant plusieurs brèches dans la coque du Britannic. Six passagers du Britannic sont tués dans l'impact, et six autres sont portés disparus. Les deux navires sont sévèrement endommagés, mais le Britannic davantage, arborant un grand trou sous sa ligne de flottaison. Craignant que le navire ne sombre, les passagers paniquent et se ruent vers les canots de sauvetage. Le capitaine, pistolet en main, réussit à restaurer un semblant d'ordre, et les canots sont remplis avec les femmes et les enfants, bien que quelques hommes aient réussi à forcer le passage.

Après le départ des canots, il apparaît que le navire peut se maintenir à flots, et les canots proches sont rappelés. Les autres gagnent le Celtic. Les deux navires restent ensemble toute la nuit, puis le matin suivant, sont rejoints par le Marengo de la Wilson Line et le British Queen de l'Inman Line. Les quatre navires gagnent lentement le port de New York.

Le paquebot poursuit sa carrière et est démoli en 1903 à Hambourg.

 

                    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/25/SS_Britannic.jpg/800px-SS_Britannic.jpg

 

Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 11:48

Le RMS Oceanic est un paquebot transatlantique britannique à voile et à vapeur mis en service en 1870 pour la White Star Line. C'est le premier navire construit pour la compagnie sous la direction de Thomas Henry Ismay, et il marque un tournant important dans la conception des paquebots. Après une carrière sans histoires (à l'exception d'une collision en 1882), l’Oceanic est démoli en 1896. La White Star Line possède une autre navire du même nom mis en service en 1899. Oceanic est donc le nom du premier et du dernier navire lancé pour la White Star Line du temps de Thomas Ismay.

 

L’Oceanic est construit par les chantiers Harland & Wolff de Belfast et lancé le 27 août 1870, arrivant à Liverpool pour son voyage inaugural le 26 février 1871. Mû par la voile et la vapeur, il est alimenté par douze chaudières. Il est pourvu d'une cheminée et de quatre mâts (dont trois peuvent arborer des voiles). Sa coque est faite d'acier et divisée en onze compartiments étanches. L’Oceanic peut transporter 166 passagers de première classe et 1 000 de troisième, pour un équipage de 143 hommes. La White Star ne lésine pas pour sa construction et la presse de l'époque en parle comme d'un « Yacht imperial ». On l'appelle aussi le « père des paquebots modernes1 » et c'est le premier paquebot à posséder un pont promenade et des baignoires.

Les innovations du navire comprennent le positionnement des cabines de première classe au centre du navire, là où les mouvements se font le moins sentir. Les passagers de troisième classe sont quant à eux logés dans la proue et dans la poupe. Tous les passagers de première peuvent se trouver en même temps dans leur salle à manger située au cœur du navire. Ils y bénéficient de sièges individuels au lieu des bancs habituels2. Les hublots sont plus grands que sur la plupart des paquebots contemporains, rendant l'intérieur du vaisseau plus lumineux. L'eau courante équipe la plupart des cabines de première classe, peut être même toutes. Il y a également des sonnettes électriques pour appeler un steward. En tout, le navire coûte 120 000 £.

 

L’Oceanic part de Liverpool pour son voyage inaugural le 2 mars 1871 avec seulement 64 passagers, sous le commandement de Sir Digby Murray. Peu après le départ, il doit retourner au port à cause d'une surchauffe. Le voyage est reporté au 16 mars. A partir de ce moment, l’Oceanic est un succès total pour la White Star.

Trois sister-ship sont ensuite construits rapidement : l’Atlantic, le Baltic et le Republic. Tous ont à peu près les mêmes dimensions, leur tonnage différant cependant. Le succès du quatuor pousse finalement la White Star à en commander deux autres : l’Adriatic et le Celtic.

En janvier 1872, l’Oceanic subit une refonte durant laquelle il est équipé d'un gaillard d'avant surelevé pour éviter que la proue du navire ne soit inondée par gros temps. Deux nouvelles chaudières sont ajoutées pour accroître la puissance du navire et les quatre mâts sont raccourcis.

 

L’Oceanic continue à servir la White Star Line entre Liverpool et New York jusqu'au 11 mars 1875, date à laquelle il est prété à l'Occidental & Oriental Steamship Company, pour servir entre San Fransisco, Yokohama et Hong Kong, l'arrivée sur le marché du Britannic le rendant inutile3. La White Star fournit les officiers, et l'équipage est chinois. Le navire lui même continue à arborer les couleurs de la White Star Line mais porte le pavillon de la O&O. Pendant son voyage de repositionnement entre Liverpool et Hong Kong, il bat le record de vitsse sur cette route. Plus tard, il établit également un record entre Yokohama et San Fransisco en décembre 1876, puis le bat en novembre 1889, avec un temps de 13 jours, 14 heures et 5 minutes.

Le 22 août 1888, l’Oceanic entre en collision avec le City of Chester juste à côté du Golden Gate Bridge. Le deuxième sombre, emportant avec lui seize victimes.

 

En 1895, l’Oceanic est rendu à la White Star, qui prépara sa remise en service. Il est envoyé chez Harland & Wolff pour un changement de machines. Un examen approfondi mène à la conclusion qu'une telle opération ne serait pas rentable. Il est donc vendu pour être démantelé, quittant Belfast pour la dernière fois le 10 février 1896 pour un chantier de démolition sur la Tamise.

 

 

                                            http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/75/Oceanic_1871.jpg

Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 18:44

 

Le SS Naronic est un paquebot mixte de la White Star Line construit en 1892 par les chantiers Harland & Wolff de Belfast. Moins d'un an après son voyage inaugural, il disparait au cours d'une traversée de l'Atlantique nord. Aujourd'hui, cette disparition demeure un mystère.

Le Naronic est lancé le 26 mai 1892, et part pour son voyage inaugural moins de deux mois plus tard, le 15 juillet, naviguant entreLiverpool et New York. Ce navire de 143,3 mètres, pourvu de deux hélices, était conçu comme un cargo avec un surplus de cabines pour transporter quelques passagers en réponse au trafic accru qui occupait la White Star. Après ce voyage, le Naronic en fit cinq autres sans incident, avant de partir pour ce qui serait son ultime voyage le 11 février 1893 sous le commandement du capitaine William Roberts.

Pour cette traversée vers New York, le Naronic avait un équipage de 50 membres, ainsi que 24 vachers pour s'occuper de la cargaison du navire, du bétail. Après avoir quitté Liverpool, il s'adressa brièvement à Point Lynas, Anglesey, Galles du Nord, pour débarquer lepilote côtier avant de s'engager en haute mer, pour ne plus jamais être revu.

Le Naronic n'avait pas de télégraphie sans fil pour envoyer un signal de détresse (il faudra attendre encore cinq ans avant que la compagnie Marconi produise le système utilisé par le RMS Titanic lors de son naufrage), aussi, quel que soit le problème rencontré, son équipage était seul. Les seules connaissances que nous ayons de l'incident proviennent de deux sources.


Le vapeur britannique SS Coventry rapporta avoir vu deux canots de sauvetage du Naronic, vides ; le premier canot, fut trouvé à 2 heures le 4 mars, et avait chaviré et le second, trouvé à 14 heures, était inondé. Le premier était à 19 miles (certaines sources parlent de 90 miles) du lieu ou le Titanic rencontrerait un destin similaire 19 ans plus tard.


La deuxième source d'information est un ensemble de quatre bouteilles contenant des messages, retrouvées plus tard, qui auraient été écrites pendant le naufrage du Naronic. Deux des bouteilles furent trouvées aux États-Unis, l'une le 3 mars à Brooklyn, New York, et une à Ocean View (Virginie) le 30 mars. Une troisième bouteille fut trouvée en juin 1893, dans l'Irish Channel, et la quatrième le 18 septembre dans le Mersey (Angleterre) près du point de départ du navire, Liverpool.

Si toutes mentionnent le naufrage du Naronic, la seconde contient un message plus détaillé :

« À 3 h 10 du matin le 19 février, le SS Naronic est en mer. À celui qui récupèrera ceci : dites, quand vous aurez trouvé ceci, à nos agents s'ils ne le savent pas encore, que notre navire s'enfonce rapidement sous les vagues. Il y a une telle tempête que nous ne pourrons jamais survivre dans les canots. L'un deux a déjà sombré avec ses occupants. Dieu nous laisse survivre à cela. Nous avons heurté un iceberg dans une tempête de neige et flottons depuis deux heures. Il est maintenant 3 h 20 du matin à ma montre et le navire est tout juste au niveau de la mer. Signalez le aux agents à Broadway, New York, M. Kersey & Company. Adieux à tous. »

Le message était signé par « John Olsen, Vacher » ; cependant, personne ne portait ce nom dans le manifeste du navire, les noms les plus proches étant John O'Hara et John Watson. La même situation existe avec la première bouteille, dont la signature, « L. Winsel », n'apparaît pas non plus dans le manifeste. Les messages des deux autres bouteilles étaient anonymes. De fait, l'authenticité de ces témoignages a été mise en doute par la commission d'enquête et les bouteilles ont été refusées comme preuves. Si les messages sont exacts, le navire a coulé peu après 3 h 20 du matin le 19 février 1893.


 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9b/Bovic-Naronic.jpg

Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 13:48

Le RMS Georgic est un paquebot  britannique mis en service en 1932 pour la White Star Line. Après la fusion de cette dernière et de la Cunard Line, le Georgic fait partie des navires choisis pour composer la flotte de la nouvelle compagnie. Coulé puis renfloué durant la Seconde Guerre mondiale, le navire poursuit ensuite son service jusqu'à sa démolition en 1956.

Comme son sister-ship le Britannic, le Georgic est un navire à moteur et non à vapeur, alimenté par une centrale diesel. Ce sont les seuls navires de ce type jamais possédés par la White Star Line, et les deux derniers navires construits pour elle.

e Georgic et le Britannic sont construits pour servir sur la route Liverpool  - New York. Le Georgic est lancé le 12 novembre 1931, deux ans après son jumeau, dans les chantiers navals Harland & Wolff de Belfast, et, après avoir été terminé en câle sèche, il exécute son voyage inaugural le 25 juin 1932. Son aspect est très semblable à celui de son sister ship, avec un profil épuré et deux cheminées ramassées. La cheminée avant est factice et abrite la salle de radio. Il est mû par une centrale diesel dans laquelle tournent deux moteurs électriques qui font tourner les hélices. Lors des essais, il atteint la vitesse de 19 nœuds. Avec ses 216,7 m et ses 27 759 tonneaux, il est loin d'être le plus grand navire de son époque, mais il permet à la White Star de rester à flot pendant la grande dépression. En effet, la compagnie avait un temps prévu de lancer un paquebot géant, l’Oceanic, d'un coût de 7 millions de dollars, mais les ennuis judiciaires connus par Lord Kylsant ont conduit à l'annultaion du projet au profit de deux navires plus petits.

Le Georgic effectue son voyage inaugural le 25 juin 1932 entre Liverpool  et New York. En janvier 1933, le Georgic est affecté à la route Southampton - New York. Ceci a pour but de remplacer l’Olympic  pendant sa refonte. Le 10 mai 1934, le navire devient la propriété de la toute nouvelle Cunard - White Star Line et le Georgic rejoint son jumeau sur la route Londres - Southampton - New Yok. Ceci fait de lui le plus grand navire à avoir emprunté la Tamise. Il effectue son premier voyage sur cette ligne le 3 mai 1935.

Par ailleurs, le 5 janvier 1935, le Georgic connaît un incident dans le port de New York. Un ballot de coton en train d'être chargé dans la cale provoque la rupture d'un cable électrique, entraînant un incendie dans la cale qui contient alors 320 ballots. Il faut plus d'une heure et demie aux pompiers et à l'équipage pour maîriser l'incendie, mais le navire ne subit aucun dommage, est écopé et part avec huit heures de retard.

En août 1939, le Georgic retourne sur la route Liverpool - New York et fait cinq aller-retours avant d'être réquisitionné comme transport de troupes pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le Georgic  est réquisitionné par l'Amirauté pour devenir un transport de troupes. Après une refonte en 1940, le navire, pouvant transporter 3 000 soldats aide à l'évacuation des troupes anglaises en Norvège. Le 7 juillet 1941, il est à quai dans Golfe de Suez lorsqu'un avion allemand le bombarde à deux reprises, une bombe touchant sa poupe. Un incendie se déclare, se propageant à la cheminée factice du navire qui abrite des munitions. Elles explosent, endommageant sérieusement l'arrière du vaisseau.

L'ordre est donné d'abandonner le navire qui coule par la poupe dans des eaux peu profondes, achevé par l'incendie. Le 14 septembre, les dégats sont évalués et en octobre, le navire est renfloué pour être remis à neuf.

Le mois suivant, le Georgic est renfloué et la coque est temporaiement bouchée. Il est ensuite remorqué jusqu'à Port Soudan où il reçoit les réparations nécessaires pour lui permettre de reprendre la mer. Un an plus tard, il arrive à Bombay où la réparation de la coque est terminée. En janvier 1943, il quitte Bombay pour les chantiers Harland & Wolff de Belfast où il bénéficie d'une refonte totale.

En décembre 1944, l'extérieur est totalement refait : la première cheminée est ôtée et le mât raccourci. Il reprend ensuite son service de transport de troupes, entre l'Italie, le Moyen-Orient et l'Inde jusqu'en 1948.

En 1948, le Georgic revient à la Cunard - White Star et subit une nouvelle refonte visant à en faire un transport d'émigrants. Il entre en service entre Liverpool, l'Australie  et la Nouvelle-Zélande le 11 janvier 1949. Par la suite, il est exploité par la Cunard, mais garde les couleurs de sa compagnie d'origine. Le 4 mai 1950, il reprend un service transatlantique.

Le navire effectue ensuite des voyages à destination des États-Unis et de l'Australie. Il effectue son dernier voyage sous le pavillon de la White Star en 1954 puis, après avoir été affrété par le gouvernement australien en 1955, le navire effectue sa dernière traversée le 19 novembre 1955. Il est finalement démoli en février 1956 à Faslane.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8e/RMS_Britannic_(1929).jpg

Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 11:25

 

Les Big Four sont quatre paquebots transatlantiques britanniques mis en service de 1901 à 1907. Ce sont le Celtic, Cedric, le Baltic et l’Adriatic. Tous servent la White Star Line pendant une trentaine d'années, avant d'être progressivement retirés du service. Le Celtic est le premier à mettre fin à sa carrière lorsqu'il s'échoue sur les côtes d'Irlande.

 

Les Big Four sont les premiers navires importants construits par la White Star Line sous l'impulsion de Joseph Bruce Ismay. Il succède à son père Thomas Henry Ismay à sa mort en 1899. La compagnie venait de mettre en service l’Oceanic, qui est alors le plus long navire au monde. La mort du président de la compagnie entraîne l'annulation de la construction d'un sister ship de l’Oceanic au profit d'une série de quatre navires.

 

Contrairement à l’Oceanic, construit pour la vitesse, les Big Four sont axés sur le luxe et la stabilité. Le tonnage des navires est ainsi augmenté, et le Celtic est le premier navire à dépasser les 20 000 tonneaux. Le Cedric et le Baltic détiennent également, lors de leur mise en service, le titre de plus grand navire au monde par le tonnage.

 

La construction des quatre navires se déroule dans les chantiers navals Harland & Wolff de Belfast.

 

Le salon de lecture et d'écriture de l’Adriatic

 

Les Big Four jaugent donc de 21 035 à 24 541, le Baltic et l’Adriatic étant nettement plus gros que les deux premiers. Pourtant, l’Adriatic, qui est le plus gros des quatre, est également le seul à ne pas avoir détenu le titre de plus gros paquebot au monde. Les quatre navires sont propulsés par deux hélices actionnées par des machines à vapeur à quadruple expansion et atteignent une vitesse moyenne de 16 nœuds, bien que leurs vitesses maximales varient. Les silhouettes des quatre navires sont semblables, la coque est noire à base rouge et la superstructure est blanche. Ils sont pourvus de quatre mâts (deux à l'avant et deux à l'arrière) qui servent de support aux cables de la télégraphie sans fil. Les deux cheminées sont couleur ocre brun surmontées d'une manchette noire.

 

Les navires présentent un luxe jusque là inégalé, avec une salle à manger surplombée d'une verrière, un salon de lecture et d'écriture disposant de nombreux ouvrages et périodiques, également agrémenté de grandes baies vitrées, un pont promenade couvert, un fumoir orné de vitraux et, dans le cas de l’Adriatic, une piscine intérieure et des bains turcs.

 

RMS Celtic.

 

Le Celtic est le premier des Big Four, mis en service en 1901. C'est le premier navire à dépasser le Great Eastern par le tonnage. Sa carrière est marquée par plusieurs accidents. Transformé en croiseur auxiliaire durant la Première Guerre mondiale, il heurte une mine en 1917, faisant 17 victimes. En 1918, il est torpillé par un sous-marin allemand, mais reste une fois encore à flot. En 1925, il heurte un autre navire, sans qu'aucun d'eux n'ait à subir de conséquences. L'incident se reproduit avec un autre navire en 1927.

 

Finalement, en 1928, il heurte des rochers au large de Cobh et est jugé irrécupérable. Il faut attendre cinq ans pour que le navire soit totalement démantelé.

 

RMS Cedric.

 

Le Cedric est mis en service en 1903. Sa carrière commerciale se partage entre traversées transatlantiques et croisières. Après le naufrage du Titanic, le Cedric est retenu à New York pour rammener certains des naufragés en Angleterre. Durant la guerre, le Cedric est transformé en croiseur auxiliaire, puis transporte des passagers. Durant ce service, en 1918, il aborde un navire appartenant au même convoi, coulant finalement sa victime.

 

En 1923, il aborde un navire de la Cunard dans le port de Queenstown, et subit de lourds dégâts. Sa carrère ne connaît ensuite plus d'incident jusqu'à son retrait du service en 1931 et sa démolition l'année suivante.

 

RMS Baltic.

 

Mis en service en 1904, le Baltic joue à plusieurs reprises les sauveteurs en mer. En 1909, il reçoit le SOS d'un autre navire, le Republic, en train de sombrer suite à un éperonnage. En 1912, la nuit du naufrage du Titanic, le Ballic reçoit l'appel de détresse du paquebot, mais ne parvient pas à le rejoindre. Il s'illustre à nouveau en 1929, lorsque les naufragés du Northern Light bénéficient de son intervention.

 

Il gagne également l'estime des états-majors américains durant la Première Guerre mondiale, lorsqu'il sème un U-boot allemand.

 

Le Baltic est retiré du service en 1932 et démoli l'année suivante au Japon.

 

RMS Adriatic.

 

L’Adriatic, mis en service en 1907, est le plus imposant et le plus luxueux des Big Four. Sa carrière n'est pas marquée par les incidents connus par ses sister ships, et il connaît une carrière commerciale fructueuse, ayant même l'honneur d'inaugurer la route Southampton - New York pour la White Star Line. Cette carrière n'est interrompue que par la Première Guerre mondiale, durant laquelle le navire effectue plusieurs traversées en tant que transport de troupes.

 

L’Adriatic est consacré à plein temps à des croisières à partir de 1933, et est retiré du service l'année suivante. Il est démoli au Japon en 1935.

 

 

Le BALTIC

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e2/RMS_Baltic.jpg

Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 14:40

 

Le SS Teutonic est un paquebot transatlantique construit pour la White Star Line par les chantiers Harland & Wolff de Belfast. C'est le premier croiseur auxiliaire de l'histoire. Il est également le dernier paquebot de la compagnie à remporter le Ruban bleu, distinction accordée à la plus rapide traversée de l'Atlantique nord. Sister-ship du Majestic, il connaît une glorieuse carrière, participe à la Seconde Guerre des Boers et à la Première Guerre mondiale. Le Teutonic est démoli en 1921.

À la fin des années 1880, la compétition pour le Ruban bleu, récompense décernée au navire traversant le plus rapidement l'Atlantique, est féroce entre les grandes compagnies maritimes et la White Star décide de commander deux navires aux chantiers Harland & Wolff capables de traverser l'Atlantique à une vitesse de 20 nœuds (37 km/h). La construction du Teutonic et du Majestic commence donc en 1887. Quand le Teutonic est lancé le 19 janvier 1889, il est le premier navire de la compagnie à ne pas avoir de mâts pourvus de voiles. Le navire est terminé le 25 juillet 1889 et participe au Spithead Naval Review le 1er août pour commémorer le jubilé de la Reine Victoria. Le Kaiser Guillaume II d'Allemagne le visite, et déclare : « Nous devons en avoir quelques uns de cette sorte ». Il lui faut cependant attendre 1897 pour que l'Allemagne s'impose dans le domaine des paquebots avec le Kaiser Wilhelm der Grosse et ses sister-ships.

Le Teutonic est construit dans le cadre du British Auxiliary Cruiser Agreement, et est de fait le premier croiseur auxiliaire au monde, pourvu de huit canons de 4,7 pouces (soit 120 mm). Ils sont retirés après la revue militaire, et le 7 août, le navire part pour son voyage inaugural à destination de New York, remplaçant le Baltic sur cette ligne. En 1891, le Majestic remporte le Ruban bleu et, la même année, le Teutonic prend la récompense à son frère avec une traversée à vitesse moyenne de 20,25 nœuds, c'est-à-dire en 5 jours, 16 heures et 31 minutes (une heure de moins que son jumeau). Il bat plus tard son record avec une vitesse de 20,5 nœuds. L'année suivante, le City of Paris reprend la récompense et jamais plus la White Star ne l'obtient. En dépit de cela, le Teutonic et son jumeau sont des paquebots très rentables, et les deux navires font plusieurs traversées en étant complets.

Pendant leurs 18 premières années de service, le Teutonic et le Majestic, aidés par leurs aînés le Britannic et le Germanic parcourent la route entre Liverpool et New York. Chaque navire exécute en moyenne une traversée par mois et entre 11 et 14 par saison. La White Star avait planifié les choses de façon à assurer un départ par semaine. Les navires partent de Liverpool le mercredi ou le jeudi. Ils s'arrêtent ensuite dans le petit port irlandais de Queenstown (aujourd'hui Cobh), pour récupérer plus de passagers. Par moments, le Teutonic et ses associés embarquent jusqu'à 800 Irlandais en une escale, car la compagnie y est très populaire, ses navires étant construits sur l'île. Après Queenstown, les navires continuent leur route vers New York (soit 2 500 miles en haute mer). Une fois les passagers déposés soit au quai de la White Star, soit au centre de l'immigration d'Ellis Island (ou de Castle Garden auparavant), le navire se prépare à son voyage de retour.

En 1897, le Teutonic reprend son rôle militaire pour le soixantième anniversaire de la Reine Victoria. En 1898, il a une légère collision avec le Berlin des United States Lines dans le port de New York. Pendant la Seconde Guerre des Boers en 1900, il sert de transport de troupes. En 1901, le Teutonic affronte un tsunami qui éjecte deux veilleurs du nid-de-pie mais résiste ; quant aux deux veilleurs, ils survivent à leur chute. Par bonheur, aucun passager ne se trouvait sur le pont puisque l'incident survient en pleine nuit. En 1907, il fait partie des navires de la compagnie qui sont affectés à la nouvelle route Southampton - New York.

En octobre 1911, il sert conjointement la White Star et la Dominion Line (toutes deux compagnies de l'International Mercantile Marine Company) pour assurer un service canadien. Le 10 avril 1912, le Teutonic se trouve à quai à Southampton, immobilisé par une grève des charbonniers, au moment du départ du Titanic pour son unique voyage. Le paquebot, qui a failli entrer en collision avec le New York, attire également le Teutonic dans son sillage. Cependant, contrairement à celles du New York, les aussières du Teutonic tiennent bon. En 1913, son âge l'empêche de transporter des passagers fortunés, et il est rééquipé pour ne transporter que des passagers de seconde et troisième classe9. En septembre 1914, avec le début de la Première Guerre mondiale, le Teutonic devient à nouveau un croiseur auxiliaire, étant affecté au 10e escadron de croiseurs pour remplacer l’Aquitania endommagé dans une collision. En 1916, il reçoit des canons de 6 pouces (soit 152 mm) et sert de navire d'escorte et de transport de troupes.

En 1918, le navire reprend son service commercial pour la White Star Line. Au cours du mois d'octobre 1918, le navire échappe de peu au destin du Titanic, frôlant un iceberg au large des côtes canadiennes. Selon un article du Chicago Tribune du 2 octobre 1918, « le navire passa à vingt pieds [6 mètres] de l'iceberg. Le brouillard était tel que même à cette distance, l'iceberg était difficile à distinguer. Il était si proche que ses hélices auraient pu le frapper alors que le bateau avançait. Les passagers ne furent pas conscients du péril avant d'en être avertis. Ils signèrent une pétition au capitaine et à ses officiers pour exprimer leur gratitude et leur admiration pour leur attention et leurs capacités ».

En 1921, il est retiré du service, puis démoli à Emden.

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9b/Teutonic_leaving_Liverpool.jpg

Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 12:00

 

Le RMS Celtic est un paquebot britannique de la White Star Line mis en service en 1901. Il est le second navire de la compagnie à porter ce nom (le premier ayant été construit en 1872). Premier navire dépassant le Great Eastern par le tonnage1, il est le premier d'une série de quatre navires de plus de 20 000 tonneaux, les Big Four ; les suivants étant le Cedric, le Baltic et l’Adriatic. Sa carrière est marquée par plusieurs collisions avec d'autres navires. Elle se termine en 1928 lorsqu'il s'échoue en Irlande. Sa coque est démolie en1933.

À la mort de Thomas Ismay, son fils, Joseph Bruce Ismay abandonne l'idée de la construction d'un sister ship à l’Oceanic au profit d'une série de quatre navires au tonnage inégalé, les Big Four. Le premier d'entre-eux, le Celtic, est lancé le 4 avril 1901 dans les chantiersHarland & Wolff de Belfast, et, cédé à la White Star le 4 juillet. Il part en voyage inaugural de Liverpool à New York le 26 juillet de cette même année. De par sa taille imposante, le chenal menant au port de New York est agrandi. À l’époque de sa mise en service, laWhite Star avait choisi d'abandonner la course au Ruban bleu au profit du confort et de la sécurité. Ainsi, s’il est moins rapide, le Celticest plus économique en termes de consommation de charbon.

En février 1902, le Celtic entreprend une croisière en Méditerranée avec 800 passagers à son bord. Celle-ci dure cinq semaines, après quoi il reprend son service transatlantique. En 1907, il est prêté à l’American Line, mais conserve son pavillon rouge à étoile blanche

Au début de la Première Guerre mondiale, le Celtic est converti en croiseur auxiliaire. Sa coque est blindée, et des canons sont installés à des emplacements prévus à cet effet dès la construction du navire2, et le navire rejoint le 4 décembre le dixième escadron de croiseurs. Cependant, sa consommation excessive de charbon conduit à sa conversion en transport de troupes en janvier 1916 et il est utilisé pour emmener des soldats en Égypte. Il reprend sa route habituelle en mars.

En 1917, le Celtic touche une mine au large de l'île de Man. 17 personnes sont tuées mais le navire reste à flot. Il est remorqué à Peel Bay et réparé à Belfast. En mars 1918, le U-BoatUB-77 torpille le Celtic en Mer d'Irlande. Six personnes sont tuées à bord, mais encore une fois, le paquebot ne coule pas, son équipage ayant décidé de l'échouer provisoirement. Il est remorqué à Liverpool et à nouveau réparé.

En 1920, après des travaux pour lui redonner ses décors d'origine, le Celtic reprend la mer sur la route Liverpool - New York. La série des malheurs duCeltic ne s'arrête pas là puisque, le 25 avril 1925, il heurte le Hapshire Coast en mer d'Irlande, mais aucun des deux ne subit de dommage notable. En1927, le même incident se produit avec l’Anaconda. Encore une fois les dégâts sont minimes.

Tôt le 10 décembre 1928, il heurte le Pollock Rock de Cobh. Les passagers sont tous sauvés, ainsi que la cargaison, un pont étant construit entre le navire et la côte. Cependant, le Celtic ne peut être déplacé ou récupéré. Ses cheminées sont immédiatement abattues pour éviter qu'elles ne cachent la lumière du phare proche2, et l'épave est vendue à une compagnie danoise. Il est entièrement démantelé et envoyé à la ferraille en 1933

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c7/RMS_Celtic.jpg

 

Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 22:28
Le RMS Britannic est un paquebot transatlantique britannique  mis en service en1930 pour la White Star Line. C'est le troisième navire de la compagnie à avoir porté ce nom. Comme son sister ship le Georgic, le Britannic est propulsé par des moteurs diesel. Avec son sister ship, ils sont les deux seuls navires à moteur jamais construits pour la compagnie. Durant sa carrière, le Britannic est un paquebot populaire, avec ce qui se fait de mieux en matière de décoration intérieure dans le style Art déco, ainsi que la silhouette épurée et les cheminées tassées des paquebots à moteurs. Retiré du service en 1960, le Britannic  est le dernier navire à avoir arboré les couleurs de la White Star Line.Le Britannic est construit dans les chantiers navals Harland & Wolff de Belfast et lancé le 6 août 1929. Propulsé par des moteurs diesel, il jauge 26 943 tonneaux et mesure 217 mètres de long pour 25 de large. Lors de son lancement, il est le navire à moteur britannique le plus imposant. Sa décoration intérieure est de style Art déco, et ses deux cheminées sont tassées. La cheminée avant est factice et abrite la salle de télégraphie sans fil et le fumoir des officiers

Le Britannic effectue son voyage inaugural (Liverpool - Belfast - Glasgow - New York le 28 juin 1930, et passe ensuite ses étés dans l'Atlantique Nord et ses hivers dans des croisières dans les Caraïbes. Il reste sur ces itinéraires jusqu'à la fusion de la White Star avec la Cunard Line en 1934. En 1935, il est assigné à la route Londres - New York avec le Georgic : tous deux sont alors les plus gros navires à emprunter la Tamise. Il reste sur cette route jusqu'au début de la Deuxième Guerre mondiale.

Le Britannic sert de transport de troupes durant le conflit, transportant 180 000 hommes sur un total de 370 000 miles (605 000 kilomètres). Il reprend ensuite son service sur la route Liverpool - New York en 1948.


En 1950, la Cunard White Star devint la Cunard Line, faisant du Britannic et du Georgic les deux derniers navires de la White Star Line en service. Les deux navires continuent à arborer les couleurs de la White Star et le pavillon rouge à l'étoile blanche pour le reste de leur carrière, tout en ajoutant celui de la Cunard.

En juin 1950, le Britannic entre en collision avec le navire américain Pioneer Land dans le chenal d'Ambrose, mais l'accident ne l'empêche pas de continuer à naviguer.


Le Britannic effectue son dernier voyage entre Liverpool et New York, ainsi que l'ultime traversée transatlantique d'un navire ayant appartenu à la White Star Line, en novembre 1960. Son dernier départ de New York le 25 novembre 1960 se fait dans les mêmes conditions que les départs des voyages inauguraux. Il arrive à Liverpool le 2 décembre 1960 et débute le dernier voyage d'un paquebot de la compagnie le 12 décembre pour aller chez un ferrailleur. La dernière année, de longues réparations des machines et un vilebrequin cassé avaient eu raison de sa carrière.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8e/RMS_Britannic_%281929%29.jpg
Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 13:00
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/de/Britannic_hospital.jpgLe HMHS Britannic est un paquebot britannique construit par les chantiers navals Harland & Wolff de Belfast pour la White Star Line. Il devait à l'origine être nommé Gigantic et est le troisième navire de classe Olympic, sister-ship de l’Olympic et du Titanic. Construit peu après ces derniers, il est lancé le 26 février 1914.

Réquisitionné par la marine britannique pendant la Première Guerre mondiale en tant que navire-hôpital, il coule en mer Égée le 21 novembre 1916 en un peu moins d'une heure, probablement après avoir heurté une mine. Cependant, les causes exactes du naufrage restent à ce jour inconnues.

Son épave est localisée et explorée par le commandant Cousteau en 1975. Il s'agit de la plus grande épave de paquebot au monde. Bien que ce naufrage ait eu un impact moindre que celui de son sister-ship, il a tout de même donné lieu à la réalisation d'un téléfilm, Britannic, en 2000.

Le Britannic est le deuxième des trois navires de la White Star Line qui portent ce nom. Le premier débute sa carrière en 1874 et le troisième, entré en service en 1930, est le dernier navire à avoir arboré le pavillon de la compagnie.

 

 A ca sixième traversée, également à destination de Mudros, débute le 12 novembre 1916. Au matin du 21 novembre, aux alentours de 8 h 12, le Britannic, sous le commandement de Charles Alfred Bartlett, heurte une mine allemande (PAS SUR ? PERSONNE LE SAIT VRAIMENT) entre l'île de Kéa et l'îlot de Makronissos, ce qui provoque l'ouverture d'une brèche à l'avant dans le flanc bâbord ainsi qu'un début d'incendie. Ce dernier engendre alors une deuxième explosion (plus semblable à un coup de grisou), due cette fois-ci à la poussière issue du charbon entreposé dans les chaufferies. Au moment du choc, le personnel hospitalier se trouve dans la salle à manger pour le petit déjeuner. L'infirmière Violet Jessop note par la suite que contrairement à ce qui s'était passé durant le naufrage du Titanic, la prise de conscience de la situation a été presque immédiate. Pour le commandant Bartlett et son commandant en second Hume, qui se trouvent alors sur la passerelle, le danger est évident.

Ayant touché les compartiments 3 et 4, l'explosion provoque également des avaries qui touchent les deux compartiments avant. Le couloir reliant la chaufferie 6 aux dortoirs commence également à s'inonder, provoquant de fait l'inondation de la chaufferie. Le commandant donne l'ordre de fermer les portes étanches, mais celle qui sépare les chaufferies 5 et 6 est endommagée et ne se ferme pas, aggravant encore l'inondation. Cependant, les cloisons suivantes étant closes, le navire est théoriquement hors de danger. L'arrêt de mort du Britannic est signé par le fait que nombre de hublots des ponts inférieurs sont ouverts au moment du drame pour aérer le navire. De plus, le navire accuse une forte gîte sur tribord.

Les soutiers et chauffeurs doivent évacuer les salles de chaudières 5 et 6 deux minutes après l'explosion. Une tentative est alors faite pour échouer le navire sur l'île voisine de Kéa, mais en vain. La proue commence déjà à s'incliner de la même façon que celle du Titanic quatre ans et demi plus tôt, avec une certaine gîte du côté touché. Utilisant les hélices (le gouvernail ne pouvant être utilisé efficacement à cause de la gîte), Bartlett réussit à faire virer le navire par tribord.

Sur les 1 125 personnes présentes à bord, 30 périssent et 45 sont blessés. Des passagers n’ont pas attendu le feu vert du commandant pour la mise à l'eau des canots de sauvetage, et les deux embarcations non autorisées ainsi que leurs occupants ont été happés et broyés par les hélices du navire qui fonctionnaient encore à ce moment. Le capitaine, apprenant la nouvelle et considérant les chances d'échouer le navire comme nulles, fait stopper les machines et donne l'ordre d'évacuer le navire à 8 h 35. Les passagers ont tout juste le temps de monter dans les chaloupes et de s'éloigner du bâtiment. Le dernier canot quitte le paquebot à 9 heures 31. Bartlett est le dernier à quitter le navire, sautant du pont pour rejoindre un canot à la nage. En effet, alors que la poupe est déjà assez élevée au-dessus de la surface de l'eau, la proue touche le fond de la baie qui est très proche (un peu plus d'une centaine de mètres). Il y a alors un effet de levier qui fait chavirer le bateau du côté tribord (on peut d'ailleurs observer les traces de frottements sur l'étrave du navire) et la poupe disparaît sous l'eau aux alentours de 9 h 07. L'épave du Britannic repose en 2009 par 120 mètres de fond.

Vers 8 h 15, le destroyer britannique Scourge reçoit le SOS du Britannic. Il fait alors route vers le lieu du drame avec deux remorqueurs français. À 8 h 27, le croiseur auxiliaire Heroic fait de même. Cependant, les premiers à secourir les naufragés sont des pêcheurs grecs venus de Kéa. À 10 heures, le Scourge aperçoit des canots et commence à les récupérer, prenant à son bord 339 naufragés. Peu avant, l’Heroic avait fait de même avec 494 naufragés. Les deux navires ne pouvant accueillir plus de personnes, le Foxhound, un autre destroyer, prend la relève à 11 h 45. Au total, 1 036 personnes sont secourues. Les rescapés les plus sévèrement blessés ont été au préalable transférés dans les deux canots à moteur du Britannic et sont ainsi transportés jusqu'à Port St Nikolob .

Parmi les survivants du naufrage, se trouvent deux personnes (un chauffeur du nom de Arthur John Priest et une infirmière de la Croix-Rouge britannique nommée Violet Constance Jessop) qui avaient tous deux servi sur l’Olympic quand celui-ci avait percuté le Hawke et sur le Titanic lors de son unique voyage8. Priest, quant à lui, sert encore durant la guerre sur l’Alcantra et le Donegal, qui sombrent également. Il ne retrouve plus de travail par la suite dans la marine9. Lors du naufrage, Violet Jessop se trouve même dans un des canots aspirés par les hélices et doit lutter pour sauver sa vie, s'assommant contre la quille d'un canot de sauvetage avant d'être repêchée.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/de/Britannic_sinking.jpg

Repost 0
Published by Galaad - dans White Star Line
commenter cet article

Présentation

  • : Paquebots de légende
  • Paquebots de légende
  • : Histoire des célèbres Compagnie et paquebots du 20° siècle.
  • Contact

Visiteur


Il y a actuellement  

  personne(s) sur ce blog

 

Depuis le 4 mars 2010 (jour de création du blog)

14 647 visites

36 366 pages vue

Recherche

Partenaires

456401bannie12

 

Sans-titre-copie-5.jpg

Archives